Si j’ai pris l’habitude d’écrire des articles formatés, je dois dire que le coeur n’y est pas, aujourd’hui. Ce qui règne aujourd’hui est tellement laid que…. J’ai du mal.

Dans mon travail, outre le fait que la nouveauté est que, désormais, je reçois clairement des menaces de mort parce que je suis ce qu’on exècre sous couvert de religion d’amour (oui, vous avez bien lu…), je reçois aussi des injonctions pleine d’insultes, qui m’ordonne, avec mes cartes, de mettre fin à la propagation du Covid-19, et que si je n’en suis pas capable, je ne vaut rien. Je ne sais pas où ces gens vont chercher qu’avec un tarot on peut mette fin à une épidémie (si je le pouvais, ce serait déjà fait), et je dois dire que je n’ai pas envie de songer à tant de bêtise, qui peut faire rire ou sourire, mais uniquement quand on n’est pas le destinataire des messages. 

Depuis le début de cette épidémie Covid-19, force est de constater que la spiritualité est proche, à l’échelle planétaire, du niveau zéro, voire du moins vingt. 

J’ai dû me rendre à Carrefour ce lundi. Ça a été un cauchemar pour moi. Je n’ai pas pu travailler après ça.

Entrée contrôlée par la sécurité. Ce simple fait est aberrant. Être obligé de contrôler l’entrée de Carrefour, parce que les gens sont d’une incivilité crasse.  J’ai vu des gens s’insulter, insulter la sécurité, insulter le personnel de Carrefour, et même en venir aux mains. Bousculer, cogner les personnes âgées et même de tout petits enfants, à coup de caddies, pour passer devant tout le monde. Malgré les injonctions de la sécurité pour tenter d’épargner ceux qui venaient dans le calme, les gens faisaient ce qu’ils voulaient sous le règne de la violence.
Veuillez me pardonner, je fais toujours attention à mon langage sur mes espaces professionnels, mais ce que cette masse de gens dégageait sur le plan énergétique, c’était juste une immense marre de merde. Pardon, vraiment pardon pour ces mots, mais il n’y en a pas d’autres.
J’avais la sensation de suffoquer, d’avoir un point dans la poitrine, j’avais envie de pleurer et de partir. Je n’ai pas su gérer ça, je le dis honnêtement. Pourtant, je travaille, je fais face à quantité de choses. Mais ça, je n’ai pas pu. Je suis hypersensible et ça pour moi, c’était trop. 

En dehors du magasin, dedans… C’était insupportable. Je suis partie après quelques courses en me retenant de pleurer et j’ai laissé couler une fois dehors. Ce n’était pas de la tristesse, ni de la peine, c’était la violence nauséabonde dégagée et manifestée par les autres que j’ai pris en pleine gueule comme un 38 tonnes. J’ai du passer la journée à courir les magasins pour avoir ce que je voulais et surtout ce dont j’avais réellement besoin, et je me suis heurtée à la même incivilité partout. Je suis arrivée chez moi et j’ai été incapable de travailler tant j’étais mal. J’ai eu besoin de souffler loin de tous contacts humains.

Je remercie d’ailleurs chacun de mes clients, qui ont compris mon léger retard d’une journée et se sont montrés compréhensifs, compatissants envers moi. 

Le confinement pour moi, ce n’est pas qu’une question de me protéger, moi et les autres, du Covid-19. C’est aussi parce que je ne peux, en aucun cas, faire face à ces gens qui dégagent tant d’égoïsme, de violence gratuite. Ce confinement, je n’ai pas honte de le dire, est à titre intime, une bénédiction, quand je vois ce que l’homme se révèle être aujourd’hui. J’insiste, je n’ai pas honte de le dire, c’est plutôt à ceux qui sont responsables d’un tel ressenti chez les autres d’en éprouver, et de se remettre en question.

Ce pillage des magasins alors qu’aucune pénurie ne peut avoir lieu. Elle n’existe qu’à cause de l’incivilité des gens qui font des réserves absurdes. 
Le souci est qu’avec ces pillages, ces gens en obligent d’autres à sortir davantage pour pouvoir trouver ce dont ils ont besoin, alors qu’un gouvernement nous a ordonnés de ne sortir que très peu, pour les besoins vitaux. 
Mesure que le gouvernement a dû prendre, à cause de l’imbécillité de beaucoup, persistant à sortir, à s’étaler dans les parcs, refusant de fermer et quitter les bars. 

Je vais m’adresser à ces gens là 30 secondes. Si vous n’en n’avez pas fait, et n’en faites pas partie, ne vous sentez pas concernés parce que qui va suivre.

Vous réalisez que le Président de la République, est obligé de menacer de vous punir, comme une maîtresse le fait en maternelle avec les petits enfants ? Les enfants, bien ma foi, ce sont des enfants. Mais vous, adultes, qui travaillent et parfois sont même parents, c’est quoi votre excuse ? A part d’être juste…. Idiots ? 

Attention les pitis nenfants ! C’est pas bien ça, vous donnez des microbes très très sales à vos petits camarades ! Vous allez aller à l’hôpital avec l’infirmière qui va faire la vilaine piqûre ! Attention, puisque c’est ça, je vais donner la fessée ! 

C’est ça que j’ai vu, le lundi 16 mars à 20 heures. C’était affligeant. Et vraiment, j’avais honte. Je ne comprends pas que vous n’ayez pas honte. 

Au delà de vous mettre en danger, vous mettez en danger nos aînés, les gens déjà fragilisés par la maladie et certaines sont graves voire les condamnent déjà, nos enfants, et aussi ceux qui sont en bonne santé et qui ont, ne vous en déplaise, le droit de le rester et de ne pas supporter votre imbécillité crasse. 

Il ne s’agit pas du Bataclan, du 11 septembre. A l’époque, j’ai compris cette rébellion et j’en ai même fait partie. Une rébellion contre l’obscurantisme, le sectarisme, tout ce que vous voulez, j’étais d’accord avec ça et j’en étais même fière.
Mais là, on ne se bat pas contre des terroristes qu’on peut arrêter. La comparaison, comme j’ai pu le voir, ne peut en aucun cas se faire. On se bat contre le Covid-19, qui ne pense pas, et dont la seule fonction est d’infecter et de tuer. On ne se bat pas pour la liberté, contre des idées sectaires. Ça n’a aucun bon sang de rapport. Il n’y a pas de traitement, pas de vaccins. Un terroriste ne peut pas tuer tout le monde et peut être stoppé, le Covid-19 peut tuer tout le monde, ne peut pas être stoppé pour le moment et vous n’êtes pas de taille à lutter. Le confinement est pour le moment le seul moyen d’en venir à bout. Si face au terrorisme le fait de sortir est un acte fort, face au Covid-19 c’est un acte juste stupide, puisque c’est le fait de ne pas sortir qui peut tout arrêter. Qu’est-ce qui n’est pas clair là dedans ? Que vous sortiez en mode rebelle de la mort qui tue 666 ne vous empêchera pas d’y rester joyeusement. Le pire, c’est que beaucoup ne le souhaitent même pas véritablement. C’est juste de l’idiotie. Et à la limite, que vous souhaitiez y rester, très bien, parfait. Vous avez le droit de choisir pour votre vie. Mais pas en risquant celle des autres.
Les autres, eux, qui risquent de mourir à cause de vous, ne vous ont rien demandés, alors cessez de choisir pour eux comme les gros égoïstes idiots que vous êtes.

Je vais poser un mot sur ce que vous êtes, parce que c’est ce que vous êtes : Des criminels

Puisqu’il est question de spiritualité dans mon petit esprit là tout de suite, entrons davantage dans le vif du sujet. J’ai lu des propos dans la communauté ésotérique, ou de la part de gens s’intéressant à cet univers, des choses qui, comment dire…. Bien on voit que le chemin va être encore très long.

« Fais ce qui te plaît mais ne nuit à personne ». WOW. Repassez là moi celle-là, c’était trop drôle. 

Bien ça, voyez-vous, ça implique de rester confinés et de ne pas faire de réserves insensées, mes petits lapins. Parce que justement, vous nuisez aux autres en agissant de la sorte. Cette phrase est très jolie, mais je le dis et le rabâche depuis des années, elle est aussi immensément lourde de sens et pas comprise ni même appliquée part la plupart des gens qui vous la ponde comme un principe sacré.
Cette période, je vous le dit sincèrement, est très utile pour savoir qui vous ne devez en aucun cas côtoyer, voire bloquer carrément. Je me félicite, une fois de plus, d’être dans mon coin, avec une petite poignée de personne triée sur le volet. Le confinement prend tout son sens. 

Avoir une spiritualité, c’est être tourné vers les autres, penser à tout le monde, au bien être de chacun, dans le sens où leur nuire gratuitement n’est pas envisageable. 

A titre personnel, je ne conçois pas qu’une personne se disant spirituelle puisse piller les magasins et refuser de se confiner dans l’intérêt de tous. Agir de la sorte ne fait que démontrer une inconscience au mieux, une bêtise réelle au pire. Si inconscience il pouvait y avoir au tout début, ça n’est, depuis un bon moment maintenant, plus possible.

La spiritualité pour moi, c’est l’universalisme. C’est l’inverse d’un égoïsme déséquilibré qui pousse au mépris de la vie, des autres. 

En cette période sombre, nous devrions être unis. Nous devrions penser aux autres, nous inquiéter pour eux. Ne pas dévaliser les magasins pour que les personnes âgées qui doivent faire leurs courses seules, puissent trouver ce dont elles ont besoin. Pour que les personnes fragilisées par la maladie puissent avoir tout ce dont elles ont besoin. Les gens ont besoin de fruits, de légumes et même ça, c’est stocké ! Le plus dramatique est que ces stocks ne pourront même pas être consommés et pourriront avant. 

La seule chose qui devrait régner aujourd’hui, c’est la bienveillance, le calme, la raison et la générosité. Et il n’y a rien de tout ça. Malgré les recommandations du gouvernement, le fait de répéter sans cesse qu’il n’y aura pas de pénurie, l’homme continuer de manifester ce qu’il a de pire en lui. 

Par pitié, il faut que vous fassiez preuve de raison, de discernement. Le personnel soignant n’en peut plus, les cas graves ne cessent d’affluer. Vous faites peur à tout le monde, ils se sentent en danger rien qu’en faisant les courses, parce que vous les obligez à sortir plus, à manquer et à s’exposer au Covid-19 ! Il faut que vous l’entendiez et que vous arrêtiez ça. 

Ça n’a jamais été si simple de sauver des vies, il faut simplement rester tranquille à la maison.

Calmez-vous, personne ne manquera de rien. Ce virus, on en viendra à bout. Plus vous resterez confinés, plus vite il disparaîtra et plus vite nous pourrons reprendre une vie normale.  Nous pourrons ressortir, nous côtoyer, faire des repas de famille, les entreprises pourront de nouveau fonctionner. Les bilans qui résultent du confinement en Chine et en Italie sont encourageants. Nous devons faire pareil pour recommencer à vivre.

Courage, ça viendra.

Ce que vous pouvez faire en cette période de confinement : 

  • Commencer à entamer sérieusement votre PAL longue comme le bras.
  • Vous mettre à l’écriture, au dessin, à la peinture, au coloriage de mandalas, faire des puzzles, des maquettes, des mots fléchés, du Sudoku, du tricot, du crochet, de la couture, du collage…
  • Commencer le nettoyage de printemps, faire le tri des fringues, des objets…
  • Faire de l’exercice à la maison, en s’aidant avec des vidéos Youtube si besoin.
  • Faire des activités avec les enfants ou autre personnes vivants avec vous, comme cuisiner ensembles les repas, les gâteaux du goûter. Vous pouvez aussi faire des ateliers créatifs, où tout le monde pourra s’amuser. 
  • Faire des jeux de société, jouer à la console ensemble. Pourquoi pas organiser des soirées où on se raconte des légendes urbaines, même des qui font peur, histoire de rire. Pensez aux jeux vieux comme le monde aussi, qui ne vont vous demander que des feuilles et des crayons ou stylos : Le pendu, le Baccalauréat… 
  • Écouter vos nouveaux CD.
  • Regarder vos DVD.
  • Faire tourner la PS4 (ou autre consoles).
  • Rentabiliser grave vos abonnements à Netflix et/ou Prime Vidéo.
  • Canal Plus est en clair durant la période de confinement, un truc sympa pour ceux qui n’ont justement pas les moyens de s’offrir Netflix ou Prime.
  • OCS est accessible pour tous aussi, désormais.
  • Pour les fans, ou les curieux, Naruto et Naruto Shippuden sont en accès libre total et gratuit depuis le 17 mars 2020 à 10 heures sur ADN, soit 720 épisodes. Je vous donne le lien direct : Regarder Naruto.
  • Se mettre ensemble devant des reportages et en débattre, pour avancer, réfléchir, grandir.
  • Bosser en éso : Tarots, oracles, pendule, runes, chiromancie, cristallomancie, relaxations, méditations, pratiques liées à l’énergie, etc etc.

Vous pensez vraiment que vous allez vous ennuyer ? C’est juste une crainte infondée. Plongez vous dans tout ça, et le confinement passera mieux. Quoi qu’il en soit….

RESTEZ CHEZ VOUS.

4 commentaires

  1. « Ça n’a jamais été si simple de sauver des vies, il faut simplement rester tranquille à la maison »
    Bonjour Angellyca, votre phrase résume tout… Je suis sidérée des messages que vous avez reçu…j’espère pas en trop grand nombre.
    Bonne journée à vous,
    Cordialement,
    Dominique

    1. Author

      Bonjour Dominique 🙂

      C’est simple pour nous. A voir comment les gens se comportent et parlent de leurs douleurs de rester dans leurs maison de campagne (pendant que d’autres vivent à plusieurs dans un placard à balais !!), je me dit qu’il est préférable qu’ils ne vivent pas la guerre. Car lutter comme les victimes de la guerre luttent, et lutter en restant sur son canapé devant Netflix, je trouve odieux de voir ces gens se plaindre. Je ne dis pas que c’est agréable, mais il faut que ces gens arrêtent de se plaindre, c’est indécent.

      Ces messages sont de plus en plus nombreux. Je fais avec et me concentre sur le beau côté de mon travail ^^

      Belle journée à vous aussi 🙂

  2. Bonjour Angellyca, je suis vraiment « outrée » par rapport à ce que je viens de lire à votre encontre… mais où va le monde… malheureusement de mal en pis.
    Vous restez forte, mais tant de méchancetés gratuites… Protégez-vous vous bien surtout!!! Comme vous, au tout début, c’était de la folie dans les magasins et l’égoïsme était sans limite!!!! Cela s’est calmé, du moins dans mon quartier et on peut de nouveau faire ses courses à Auchan, sans queue extérieure et les rayons ne sont plus « totalement » vidés. Je vous souhaite un très doux week-end 😀

    1. Author

      Bonjour Angie 🙂

      J’en ai pris l’habitude, aussi anormal que ce soit de s’habituer à ça…. Je me protège bien, j’espère que vous aussi 🙂

      Belle journée à vous 🙂

Laisser un commentaire