Un sujet que j’ai envie d’évoquer depuis un bon moment. Ils s’agit ici pour moi de tenter de comprendre si effectivement, il existe vraiment un côté néfaste dans la création et l’existence de ce type d’écoles, qui il faut bien le dire, fleurissent à vitesse grand V sur la toile.

Je ne veux pas que cet article soit détourné de ce que je souhaite en faire, à savoir juste une réflexion sur la question qui pourrait être utile à tous et toutes, que vous soyez d’accord avec moi ou non.

Je ne mentionnerai donc aucunes écoles, ni aucuns propriétaires, professeurs ou encore étudiants, bien que j’en connaisse, de près et de loin.

La structure de ces écoles de sorcellerie.

Bien que notre vénérée J.K. Rowling ne soit pas à l’origine du concept de l’école de magie étant même très très ancien, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est sévèrement repris. Je vais, à titre personnel, d’ailleurs, souvent les appeler “les écoles potteriennes”. Pas de méchanceté de ma part, mais le lien est tellement évident concernant les structures de ces écoles qu’il m’est difficile de percevoir les choses autrement.

C’est tout de même très fréquent : Un nom qui fait sorcellerie (ou presque), des maisons et les petits sorciers qui vont là où ça a l’air mieux pour eux.

Bon d’accord, ça me fait un peu sourire. Mais j’insiste, ça n’est jamais méchant. Je tiens vraiment à le dire, pour tous propriétaires d’écoles, ou étudiants, qui passeraient par là : Je ne me moque pas de vous.

C’est uniquement là dessus d’ailleurs, que je vais être un peu critique. Quitte à créer une école de sorcellerie, y enseigner l’originalité à la base en donnant l’exemple en inventant son propre concept m’aurait semblé sympa. Il est vrai, je dois être honnête, qu’en voyant ces écoles, je ne peux m’empêcher d’y voir souvent un manque d’originalité, accompagné parfois, de la reprise d’un concept dans un but pas forcément honorable, qui ne sera rien d’autre que de surfer sur une sorte de tendance pour gagner beaucoup d’argent sans forcément offrir de la qualité en échange. Car si certaines de ces écoles de sorcellerie ont été crées avec de belles intentions et offrent un vrai contenu, tous les créateurs de ces écoles ne sont pas dans cette optique et ne proposent pas cette qualité.

J’y vois aussi une sorte de nostalgie avec laquelle en revanche je n’ai pas de souci. Vouloir rendre réel Poudlard parce qu’on aurait peut être voulu avoir ces écoles, et les adapter aux besoins réels d’étudiants en ésotérisme afin d’offrir un cadre d’apprentissage doux et bienveillant. C’est léger et mignon, et à mon sens, n’entache pas nécessairement le sérieux des gens qui y sont chargés de l’enseignement.

En clair, pas forcément très original dans le concept, mais pouvant se distinguer par sa tenue et l’enseignement dispensé.

Le paiement c’est un peu partout pareil : Au module, au trimestre, à l’année, paiement en une fois ou plus…. Rien de nouveau sous le soleil.

Ce qu’on reproche aux écoles de sorcellerie.

Les critiques ou points de vue sont parfois virulents, mais n’ont selon moi malheureusement, pas vraiment de pertinence. Il ressort parfois un espèce de puritanisme très hypocrite, à grand coup de “machin n’est pas apte à enseigner”, “se faire autant d’argent en un module, ce foutage de gueule” tout en laissant entendre finalement à quel point nous, on est vachement doué et qu’on peut juger parce que nous on est là depuis Mathusalem et qu’on a tout compris d’abord.

L’aptitude à enseigner.

Je suis souvent gênée par le fait qu’on accuse quelqu’un de ne pas être apte à enseigner. C’est tout de même compliqué parce que si certes pour certains ça se voit effectivement et je ne peux pas dire le contraire pour avoir moi-même constaté certaines choses, ça n’est en réalité pas forcément si évident pour tous les praticiens en ésotérisme, la prudence dans les propos tenus est donc de mise.
Beaucoup d’accusations se font parfois juste sur la base d’une chose aperçue sur la toile, d’une dénonciation de la part d’un pseudo justicier de la mort qui tue, le tout sans vraiment connaître les pratiques profondes de la personne, ni la personne elle-même.

Je ne dis en aucun cas qu’il ne faut pas être prudent et laisser tout faire, je ne dirais jamais ça. Je dis simplement qu’il faut être prudent à plus d’un titre et ça commence par ne pas balancer son opinion personnelle à tout venant, surtout quand elle n’est que ça.

Les prix.

Il est vrai, les tarifs sont parfois, et même très souvent, très élevés. C’est un fait.

Cependant…. Quand on a une boutique ésotérique, une librairie ou une maison d’édition…. On gagne combien à vendre des livres et autres accessoires en dispensant bien entendu quelques menus conseils qui leurs semblent pertinents à eux, en tant que bons praticiens ?
Combien parmi eux ont un blog dans lequel ils dispensent articles dont on peut tirer un enseignement, blog sur lequel les liens vers les entreprises qui rapportent apparaissent ? Parmi eux, il n’y en a vraiment aucun, qui a un livre ou un oracle new-age dans son stock ? Il n’y en a vraiment aucun qui ne se dit pas “bah je dois quand même gagner ma vie” ?

Je pense qu’il faut un peu se détendre. Ce n’est pas parce qu’on va trouver un peu de croyances new age, par exemple, ou des choses avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord, que la personne qui vend ou enseigne va forcément être prête à vendre sa mère pour gagner de l’argent et qu’il ou elle n’aura pas à coeur d’enseigner quelque chose qui a de la valeur. Il ne faut pas être aussi extrême dans sa vision des choses.

Et ceux qui en écrivent, des livres ésotériques ? Ils écrivent des livres éso, enseignent donc au travers, touchent de l’argent pour cet enseignement dispensé, on le comprends et on achète leurs livres mais derrière on vient dire que les écoles de sorcellerie c’est mal ?

Attention, je ne suis pas en train d’accuser qui que ce soit de mal faire, j’explique simplement quelque chose de relativement évident mais qui ne semble pas pourtant compris par tous et c’est ça qui me dérange. J’ai moi-même des blogs et vends mes services. Bon… Le new age vraiment je peux pas parce que quand j’en vois je suis à deux doigts du choc anaphylactique, mais tout de même. Cependant, je tiens à le dire : Ne pas faire dans le new age me porte préjudice. C’est très sincère ce que je dis. Je gagnerai bien plus d’argent à faire dans le new age. Mais j’ai fais un choix que j’assume, c’est tout.

Je comprends, en réalité et le plus sincèrement du monde.

Je comprends qu’une maison d’édition ait des livres un peu new age, je comprends qu’on me dise, je dois toucher des gens et gagner ma vie, ou je dois toucher des gens parce que j’ai des employés etc.
Je comprends qu’on écrive des livres ésotériques. Qu’on ait une boutique éso qui aura plein de bouquins, d’articles et où le propriétaire se fera un devoir d’expliquer et essaiera naturellement de vendre ce qui se trouve sur ses étagères en même temps.
Je ne connais aucun propriétaire de boutique ésotérique, qui donnera des conseils sur le pendule sans tenter de vendre un de ses pendule. A moins de ne pas avoir compris en quoi consistait son boulot. Il faudra qu’il étudie rapidement la question s’il ne veut pas mettre la clé sous la porte.

A ce même titre, certains voudront enseigner et se ferons payer pour ce travail.

C’est juste…. La base du commerce. Et nous sommes tous, dans le commerce.

Ce que j’essaie juste de dire, c’est que quelque soit la façon de faire, le format et la durée, on fait tous la même chose. Et aucun de nous n’est parfait. Mais cette imperfection ne fait pas de nous des gens à condamner forcément si durement. L’ésotérisme, c’est un très long chemin et chacun a le sien. On dispense, enseigne, propose des contenus, des objets ésotériques, à des tarifs différents et de différentes façons, dans des laps de temps différents.

Est-ce qu’on mérite tous le bucher ? Non. Parce que si c’est ça le souci, le fait d’enseigner et le prix, je vous le dit tout de suite, on devrait tous cramer. Clairement.
Et si on devait vraiment être en accord avec “l’école de sorcellerie c’est mal”, on commence par ne plus acheter le moindre bouquin, c’est aussi simple que ça.

L’enseignement dans les écoles de sorcellerie.

Est-ce qu’on peut tout y enseigner ? De mon point de vue, non. Tout ne peut pas être accessible et j’en parle longuement dans cet article.

Cependant, il est vrai, et je ne cherche pas à être méchante, que lorsqu’on regarde les programmes…. Ce ne sont pas ces écoles là qui peuvent faire de grands praticiens au savoir dangereux. Ça vise, tout au plus, un épanouissement avec les capacités et en savoir plus sur la nature, ses éléments et quelques pratiques (pas vraiment poussées, il faut bien le dire) en lien avec la magie ou la sorcellerie. Faut pas vous inquiéter, on est pas prêt de voir arriver Voldemort.
Il y a pas mal de pratique tout de même dans certaines, pas mal de travaux. Mais le but, généralement, c’est surtout l’épanouissement personnel, se connaître soi, être avec les autres. Rien de bien méchant.

Et oui, il est vrai que dans certaines autres….. On ne sait pas trop pourquoi elles sont là, tant le programme est proche du néant. Le prix reste quand même à 400 balles par contre.

Là, j’ai donc un problème et ce sera mon dernier point.

Le problème n’est pas l’école de sorcellerie.

Non non. Le problème, c’est l’éthique de celui ou celle qui va la tenir. C’est comme tout. Vendre des livres éso, écrire des livres éso, vendre divers services. Ce qui comptera toujours pour moi, ce sont les intentions et d’y réfléchir en permanence pour garder une ligne de conduite honorable.

J’obéis à un principe simple dans ma vie, qui a un sens profond et qui est formulé de deux façons :

  • La liberté s’arrête là où commence celle des autres.
  • Tant que tu ne nuis à personne, fais ce que tu veux.

Mon angle de réflexion, ça va toujours être ça. Est-ce que la personne porte atteinte à quelqu’un ? Est-ce qu’elle est un frein à la liberté et aux droits de quelqu’un ?

Et bien entendu, il ne s’agit pas de se dire que nos intentions sont bonnes et que ce qu’on fait n’est pas si grave. A partir du moment où on se comporte mal, c’est pas la peine de vous raconter des histoires sur votre éthique parce que ça vous arrange et que ça fait passer la pilule. Ça change la forme mais pas le fond, en clair, ça ne change rien. Vous nuisez parce que vous êtes juste égoïste, point final, et le moment de rendre des comptes arrivera d’une façon ou d’une autre, tôt ou tard.

Le concept même de l’école de sorcellerie ne porte atteinte à personne. Il s’agit d’une structure, d’un cadre d’enseignement et le sujet ici va être l’ésotérisme.

Et, j’ose le dire, je vais même le préférer à notre chère éducation nationale. Dans nos écoles publiques, on y enseigne certes des choses très utiles et intéressantes, mais on y enseigne pas l’humain, le féminin, la nature, apprendre à s’aimer, à comprendre ses capacités, on offre pas un cadre sécurisé où chacun a le droit de parler et d’exister. Dans certaines écoles de sorcellerie, si. Dans certaines écoles de sorcellerie, je vous le dit sincèrement, on répare les conneries des adultes et même de la société toute entière. Ni plus, ni moins.
Ces écoles de sorcellerie répondent à un terrible manque. Font face à une réelle absence humaine. Dans ce monde, on ne nous apprend pas vraiment tout, et volontairement. Nous devons être utiles, mais seulement à une élite qui n’a soif que de pouvoir et d’argent.
Dans ces écoles où l’éthique est présente, on vous aide a devenir utile pour vous même. Parce que l’étude de la magie, de la sorcellerie, ça passe par apprendre la nature et tout un tas de choses qui mène à la connaissance de notre être.

En échange, ils demandent des paiements importants effectivement, souvent pour pouvoir proposer encore plus. Ils paient la qualité du contenu, les professeurs doivent aussi être payés, ainsi que toutes personne travaillant dans l’école car tous ne font pas du bénévolat, loin de là. Je ne comprends pas vraiment qu’on puisse condamner ça, quand on trouvera en parallèle normal l’existence d’une boutique ésotérique répondant aux même principes de base.

Je ne trouve pas pertinent et même assez hypocrite, de reprocher à quelqu’un de prendre un salaire sous le prétexte qu’il nous parait gros, lorsque soi-même on ne crachera pourtant pas sur le sien, ni ne se privera de tout faire pour l’augmenter.
De plus, si l’élève souhaite dépenser cet argent dans ce cadre, qu’il n’est pas manipulé et qu’il ne se met pas en danger en dépensant cette somme, ce n’est pas à nous d’en juger.
Surtout pas quand derrière, on se permettra pourtant de lui proposer nos articles, parce que soudainement, le fait que cette pauvre victime dépense son argent nous dérangera finalement beaucoup moins… N’est-ce pas.


Je me demande, vous demande aussi d’ailleurs, vous pouvez y cogiter : Est-ce qu’on aurait besoin, ou est-ce que des gens auraient besoin de ces écoles si nous, en tant que société, nous n’avions pas échoué avec nos enfants, nos jeunes adultes ?

Au sens même plus large et plus profond : Le charlatanisme étant basé sur le besoin de réconfort et parfois d’amour, existerait-il, si la société n’était pas défaillante ? Si chacun de nous avait ce à quoi il a droit ?

Seul le ou la propriétaire de l’école peut nuire vraiment, en appliquant des tarifs démesurés, en ne proposant pas vraiment de contenu, pas vraiment d’enseignement et que les élèves en ressortent finalement aussi novices qu’ils l’étaient lorsqu’ils y sont entrés. Il ou elle devient ce charlatan qui existe, nous pouvons le dire, par notre faute à tous.

Pour finir….

Est-ce que les écoles de sorcellerie sont utiles ? Pour moi, non. On peut apprendre soi-même, avec de bons livres et de la pratique. Mais pour d’autres ça l’est, et je n’ai aucun problème avec ça. Le besoin d’être ensemble, le simple concept de l’école, d’y apprendre vraiment, et rendre un peu Poudlard réel. Si ça vous fait du bien, que l’enseignement vous fait du bien, allez-y, c’est tout.

Ma conclusion à moi est simple. L’école de sorcellerie n’est pas un problème. Le problème potentiel, c’est celui ou celle qui la tient…..

Laisser un commentaire