La superstition. Elle est finalement assez présente, même de façon assez inconsciente. Parce qu’elle a pris une grande place, parce que transmise, au fil des années, et des générations.

Il ne s’agit pas pour moi ici de traiter chacune d’entre elles, vous pouvez trouver de très bons bouquins là dessus. 
Il est plutôt ici question pour moi de parler de ses conséquences, sur nos vies. 

La superstition - Définition :

La superstition, du latin « Superstitio », désigne la croyance qu’un objet, ou événement, va forcément porter soit malheur soit bonheur. 
C’est une croyance finalement erronée, basée sur la peur, ou l’ignorance. Il s’agit, dans les faits, de tirer des sortes de présages à la suite d’événements totalement anodins, aussi simples, par exemple, que celui de renverser une salière. Le cri d’un animal peut être un présage funeste. Des actes divers, autres et malheureusement nombreux, peuvent aussi porter malheur. 
Ce point vous choquera, en tout cas je l’espère : Les chats noirs sont encore tués de nos jours, par superstition. Et malheureusement, ces pauvres chats ne sont pas les seuls à mourir pour causes de croyances, superstitions diverses. 

Quelques exemples de superstitions connus :

  • Ne jamais passer sous une échelle : Ça porte malheur.
  • Avoir un fer à cheval, ou une patte de lapin : Ça porte bonheur.
  • Ne jamais briser un miroir : Ça porte malheur.
  • Ne pas mettre le pain à l’envers sur la table : Ça porte malheur.
  • Ne pas porter de vert dans un théâtre : Ça porte malheur.
  • Le nombre 13 : Il porte malheur.
  • Le trèfle à 4 feuilles : Il porte bonheur.
  • Voir un arc-en-ciel, ou une étoile filante : Ça porte bonheur.
  • Poser des couteaux croisés sur une table. Ça porte malheur.
  • Un chat noir traverse la rue devant vous : Ça porte malheur.
  • Ouvrir un parapluie sous un toit : Ça porte malheur.

La très grande importance de la rationalité.

Aussi incroyable que ça puisse paraître, bien que l’ésotérisme fasse partie intégrante de ma vie, je suis une grande adoratrice de la science. Ou plutôt des sciences. Je ne suis pas formidablement calée, mais j’avance plutôt bien. Selon moi, l’ésotérisme et la science sont totalement compatibles, pire, l’un ne va pas sans l’autre, tout doit être confronté. Si on ne tient pas compte des sciences en ésotérisme, et l’inverse est également vrai, je pense, à titre personnel, qu’aucunes réponses ne peuvent être trouvées.

La rationalité, ça implique la logique. Ça implique de regarder les faits concrets et de constater. Et si parfois les choses de l’ordre de l’ésotérisme, non démontrées par la science, peuvent arriver et même arrivent, il ne faut pas négliger qu’être rationnel, signifie tenir compte de tout. Il est impératif de garder un esprit critique au quotidien. Et faire du concret une sorte de mensonge, le manier pour valider une croyance, ce n’est pas être rationnel. 

En parlant avec bon nombre de superstitieux, une seule chose ressortait : On leur avaient simplement dit, enseigné ça, pour ne pas dire enfoncé cordialement dans le crâne, semant la peur et même la terreur pour certains. Ils ont encré ça en eux, et même l’ont transmis à d’autres, sans vraiment s’interroger sur le sens profond des choses.

Pour moi, après une très longue réflexion, il y a effectivement une explication rationnelle à la superstition, à la « réalisation des événements », et elle se nomme : Coïncidence. Ou encore, le conditionnement.

Le conditionnement : On provoque soi-même les choses, à cause de la peur, du stress, etc.
La coïncidence : L’accident (dit le malheur) arrive en parallèle ou très peu de temps après l’événement (mettre le pain à l’envers etc), sans qu’il n’y ait, pourtant et sûrement, aucun lien directs entre les deux, il n’est pas non plus provoqué par les personnes impliquées. 

La superstition : Qui provoque quoi, et pourquoi ?

Superstition _ Blog ésotérique Murmures d'automne

Une chouette, un chat noir, passer sous une échelle, le chiffre 13, une paire de couteaux croisés sur une table, ne peuvent pas provoquer d’accidents, de part leurs simple présence (ça peut arriver, mais il ne s’agira que d’accidents, de malheureuses coïncidences).
En revanche, nous autres, si. C’est, je dirais ce qui est en plus de la simple coïncidence. C’est à ça que je pense en vous parlant maintenant de psychologie.

Je pense, à titre personnel, que les accidents dont sont victimes les gens superstitieux, ne sont causés, malheureusement, que par les superstitieux eux mêmes (ou ne sont, encore une fois, que de malheureuses coïncidences). 
Sur un plan tout à fait « terre à terre », dans le cas des superstitions, provoquer des accidents, ou encore les erreurs plus ou moins graves, est d’une facilité déconcertante.

Un exemple : 

Le vert porte malheur au théâtre, selon certains comédiens. 

Roger (vous retrouverez souvent Roger, dans ce blog), un très bon comédien. Il est aussi très superstitieux. Au cours d’une répétition, il va donc voir Marcel (Il sera très présent, lui aussi) porter du vert.
Roger est persuadé que Marcel peut lui faire oublier son texte, à cause de sa chemise verte.
Et il en aura tellement peur, que soit il l’oubliera effectivement, soit il fera des erreurs. Voyant son « malheur » arriver, il se dira que c’est la faute de Marcel qui a porté du vert, mais à aucun moment il ne réalisera que c’est sa propre peur, son propre auto conditionnement, qui lui aura fait perdre ses moyens, alors que ce sera pourtant le cas.

Une expérience personnelle :

J’avais une dizaine d’années et un vendredi 13, je suis montée derrière une copine plus âgée (une vingtaine d’années) en mobylette. Oui, en mobylette. Vive les années 80.
Nous sommes tombées, parce qu’il faut dire ce qui est, la malheureuse bien que tout à fait gentille, n’était pas bien douée. En tout cas, pas avec son micro bolide. 
Et pourtant, notre chute, selon elle, était due à la date du jour. Et elle en était vraiment convaincue. Le vendredi 13, rien de bon n’arrive jamais, c’est même tout le contraire.

Ça n’était qu’un accident. Rien de plus.

Moi, du haut de ma dizaine d’années, je n’avais pas matière à répondre à ce truc, qui me semblait pourtant déjà…. Très tiré par les cheveux. 

Un conditionnement (familial ou autre), une volonté de ne pas assumer, un refus de voir sa maladresse, la honte de cette dernière, se servant de la date du jour comme excuse bateau.
Il faut aussi garder cette hypothèse : Elle nous a peut être fait tomber parce qu’elle était persuadée qu’elle tomberait, à cause de la date du jour. Soit une chose, soit une autre…. Mais pour avoir été là, nous ne sommes pas tombées à cause du vendredi 13.

Nous sommes tombées, parce qu’elle avait eu sa mobylette deux jours avant pour son anniversaire, et qu’elle ne savait tout simplement pas la conduire. Rien de grave, ni d’anormal là dedans. Une simple cause à effet, tout s’explique de façon rationnelle. 

Rationalité, rationalité. 

Je vais être franche. Je ne passe jamais sous une échelle ou un échafaudage. Pas par superstition, jamais. Si je ne passe jamais en dessous, c’est uniquement parce que j’ai peur de les prendre sur moi, parce que j’estime que je n’ai pas à avoir une confiance aveugle en le travail des ouvriers.
Bons professionnels ou non, une erreur peut arriver, tout simplement. Mais je ne crois absolument pas aux superstitions.

Pour moi, ce sont d’anciennes histoires, des histoires qui se transmettent, et de surcroît, permettez moi… Assez bêtement.

La superstition : Ses lourdes conséquences.

La superstition est quelque chose, en réalité, de parfaitement dangereux. Elle rend capable de provoquer des catastrophes, en provoquant, chez le superstitieux, l’angoisse, le stress, la peur, et même la panique.
La peur, ou même l’angoisse sont des phénomènes qui peuvent grandement perturber un être humain, au point de totalement en modifier le comportement. Le rendre complètement irrationnel, désordonné.
La personne provoquera donc les accidents dont elle sera la victime et dont elle avait si peur, et entraînera d’autres personnes avec elle, peut être.
A trop vouloir éviter un accident, on peut malheureusement finir par le provoquer, à cause de ce comportement normal que nous n’avons plus et qui lui, nous en aurait probablement préservé.

C’est valable pour le côté positif de la superstition. Certains diront, et je le comprends, que ça à un côté beau et positif, seulement, permettez moi, mais je ne suis pas d’accord.

Il est, selon moi et même si c’est surprenant, tout aussi négatif en réalité, lorsqu’on creuse les choses.

Voir une étoile filante ne va pas apporter le bonheur, la réalisation d’un voeu. Ce sentiment que la personne aura d’être persuadée qu’un bonheur va arriver, font qu’elle se comportera de façon telle, que des choses positives vont lui arriver. C’est pas l’étoile votre source de bonheur, c’est vous

La superstition finalement, ça donne quoi ?

On pourrait se dire que les superstitions sont parfois de jolies histoires. Non, ce ne sont pas de jolies histoires. Des enfants prennent des gifles parce qu’ils mettent le pain à l’envers à table, ce que je trouve parfaitement intolérable. On ne frappe pas au nom d’une croyance, ni un enfant, ni personne. Jamais. Je regrette, mais ça me choque, c’est d’une violence inouïe.

Des milliers de chouettes ont été tuées, parce qu’on les a prises pour des annonciatrices de mort, des chats noirs sont torturés et massacrés même encore aujourd’hui, au 21ème siècle, et pour l’écolo protectrice des animaux que je suis, ce n’est pas que la pilule est difficile à avaler, c’est qu’elle ne passe carrément pas.
Des gens se font du mal, se blessent de plusieurs façons. C’est pas quelque chose de joli tout ça. C’est faire perdurer des choses qui font souffrir. C’est faire perdurer la mort, celle qui n’a pas de sens. C’est faire perdurer la bêtise, la non réflexion, la sous culture.

De même, je me répète, je ne considère pas le côté positif de la superstition comme étant réellement positif. Ce n’est qu’un faux positif, un leurre.

Une personne va mettre sa foi dans un fer à cheval, et elle ne va même pas se rendre compte que la seule responsable de son bonheur, c’est elle même, parce que son état d’esprit positif l’aura pousser à agir de la bonne façon pour obtenir ce qu’elle souhaite.

Elle placera, toute sa vie, sa foi en des objets, plutôt qu’en elle même. Ça inclus même, totalement, que la personne, au fond, considère que ces objets sont meilleurs qu’elle, puisqu’elle ne s’estimera pas capable d’obtenir quoi que ce soit sans eux. A mes yeux, ce n’est pas positif. C’est carrément catastrophique.

Une fois encore, la foi en soi apparaît comme étant la meilleure chose à faire. Nous sommes les seuls maîtres véritables de nos vies.

C’est un travail long et difficile, mais il est important de travailler pour vaincre nos peurs, et de veiller à la pertinence de nos croyances diverses. La superstition n’est pas une croyance rationnelle. Il est primordial, selon moi, de travailler à la déconstruction de ces croyances, plus néfastes qu’autre chose, si nous voulons qu’elles cessent d’avoir un impact si sombre. 

2 commentaires

Laisser un commentaire