Un titre un peu ironique, mais de circonstance.

J’ai lu pas mal de choses ces derniers temps. Les temps en question s’y prêtent. Une pandémie, un vaccin et son dosage qui font polémique et un pass sanitaire qui ne passe pas. Je n’ai pas l’intention de vous dire quoi faire ou de politiser cet article véritablement, ne vous inquiétez pas, vous pouvez continuer la lecture tranquillement. 

Bien que, si je puis me permettre cette courte précision et la parenthèse là dessus sera fermée : A titre personnel, je n’ai rien contre la politisation d’un discours, ni qu’il soit pro-science, pro-féminisme ou que sais-je. Car de mon point de vue, ces sujets ne sont pas un problème dans le fond, ils sont simplement devenue tabous à cause d’esprits trop étroits qui en ont fait quelque chose de personnel, d’individuel, afin de ne surtout pas avoir à remettre en question leurs opinions, ce qui pourrait mener à un “j’ai tort” trop difficile à accepter. N’avez vous pas remarqué ça ? Lorsque quelqu’un ne veut pas remettre quelque chose en question, il évoquera le choix personnel, la liberté individuelle. Alors que ces domaines sont pourtant de véritables sujets de société, et ils le sont même en priorité, plutôt que des choix personnels. Ce qu’ils sont par définition, implique le débat et le partage, en communauté, justement. L’avenir d’un pays, d’une nation, somme qui est nous concernant de 67 millions d’individus, ce qui est donc l’intérêt commun, ne saurait être l’affaire que de quelques-uns, dans le noir.

Le problème restera toujours l’inaptitude de chacun à écouter l’autre, à prendre ses idées en considération, à tenter de comprendre et sa trop grande capacité à se comporter comme un maître à penser. L’invisibilisation. L’égo démesuré. Voilà ce qui va toujours me déranger.  

Si je parle de la pandémie, c’est parce que beaucoup attaquent l’ésotérisme au nom de la science, de la médecine. Je trouve tout simplement que cette période, très stressante et anxiogène, où la science cherche à se faire entendre, donne lieu à diverses dérives inquiétantes, tant au sein des pratiques que des discours. 

Avant d’aller plus loin : Non, je ne prétends en aucun cas que les dérives sectaires n’existent pas en ésotérisme. Ce serait un mensonge. Bien sûr qu’elles existent et mon travail, depuis toujours, consiste aussi à faire barrage à ça.
Pour ceux qui connaissent bien mon parcours, j’ai moi-même été piégée dans une secte. J’y ai passé 10 ans de ma vie. Alors croyez-moi, je sais très bien comment ça marche. C’est pour cette raison que bon nombre d’accusations concernant l’ésotérisme me choquent. Elles sont fausses, et surtout le plus souvent, le discours de gens qui ne connaissent en rien les sujets évoqués, que ce soit celui de la secte, et celui de l’ésotérisme. 

Je l’ai déjà dit : J’ai grandi dans une famille où l’ésotérisme avait sa place. Mon parcours est pourtant parsemé de tout  un tas de choses. J’ai adhéré a des croyances en faisant l’erreur d’en faire des vérités. Je suis passée de croyances en croyances, toujours en recherches de choses dont je pourrais faire des vérités. 
Lorsque j’ai vraiment démarré une pratique en ésotérisme au sens complet du terme, de façon très impliquée…. J’ai d’abord été détruite. Parce que mon parcours, mes expériences, le travail avec les Entités ont fait que mes vérités sont tombées en ruine. Je me suis sentie seule, perdue, sans plus aucun espoirs. Je n’avais plus de certitudes même concernant mon identité, mon essence, ce que j’étais ou n’étais pas. 
Ce parcours en ésotérisme, tout ce travail qui semble destructeur m’a menée à une capacité de penser, à une autonomie. Aujourd’hui, je pense bien plus par moi-même qu’en suivant n’importe quel courants, culte ou religion. J’ai appris à déconstruire, à aller plus loin. 
Parce que l’ésotérisme, lorsque vous faites les choses correctement, que vous pratiquez, vous amène forcément à tenir compte de la science. Le principe même de l’ésotérisme, qui va être de rechercher une forme de vérité, qui va être une sorte de quête d’absolu, vous en fait rencontrer une, de vérité : Nous ignorons combien elle nous est en réalité potentiellement, en grande partie inaccessible, tant sur un plan ésotérique que scientifique. Mon parcours m’a simplement appris à laisser mes croyances au rang de croyances et à garder l’esprit ouvert. 

Est-ce que ça fait de moi quelqu’un dépourvu de dogmatisme ? Bien sûr que non. Cessons cette hypocrisie. Tout le monde à ce genre de petite tendance au dogmatisme, peu importe comment c’est fait et la proportion que ça a, le sujet que ça concerne. S’affranchir de tout ça, c’est un travail colossal et bien compliqué. Je ne pense pas qu’on y arrive en une vie. Une des raison pour lesquelles, je vais croire volontiers en la réincarnation. Pour régler tout ce que nous avons à régler, il en faut des vies….. Et là, bien que l’explication des incarnations à répétition me semble plausible, je reste ouverte au “Angellyca, peut être que finalement, c’est plutôt ça, tu en penses quoi ?….”.

Voilà ce qu’est pour moi l’ésotérisme au sens large. Explorer, pratiquer diverses disciplines qui auront pour but l’avancée, le développement, partir à la découverte de son potentiel caché ou non, partir à la recherche d’explications ou théories intéressantes, tenter de comprendre l’univers qui nous entoure. 

Si vous pensez que les personnes dites cartésiennes n’ont pas de souci de dogmatisme, c’est une erreur. A mes yeux, le dogmatisme, je veux dire son fonctionnement, son principe, ne se réduit pas nécessairement aux croyances religieuses ou païennes. Le dogmatisme touche aussi grandement l’univers scientifique. 

Un exemple très simple : Un praticien en éso et un scientifique s’affrontent. Ou est la différence entre le praticien éso qui détruit l’autre parce qu’il pense quelque chose et le scientifique qui détruit l’autre parce qu’il pense quelque chose ? Sachant qu’aucun des deux n’a de vérités absolues à coller sur le tapis ? 

La science est souvent remise en question. Des tas de compréhensions et découvertes se sont vues être anéanties par d’autres compréhensions et découvertes quelques années plus tard. S’accrocher à quelque chose de prouvé coûte que coûte, est selon moi la même erreur que s’accrocher à une vérité religieuse. Sachant que les deux peuvent être remises en question et donc potentiellement être anéanties, c’est forcément une erreur de s’y accrocher autant.

Et le bon sens, en tout cas je le pense, sera de garder à l’esprit que toute chose qui n’est pas prouvée, n’en fait absolument pas par définition une chose qui n’existe pas. C’est une absurdité que je ne supporte plus de lire ou d’entendre. 
La science, c’est chercher, démontrer, comprendre. Mais l’homme, à la tête de ladite science ne peut pas aller plus vite que la musique. Ses propres progrès se font dans le temps. Il est donc assez logique, et même plutôt sain, de se dire que si on ne prouve pas quelque chose aujourd’hui, c’est parce que l’homme n’a pas encore développé les outils nécessaires pour le faire. Et ne pas en tenir compte…. C’est du dogmatisme. 

Vous savez, ce n’est pas parce que vous contredisez l’ésotérisme au sens large avec un esprit dit rationnel, que vous n’agissez pas de la même façon, et donc aussi bêtement, que les gens que vous combattez. Un peu de réflexion et un peu d’auto critique suffisent pour le comprendre.

Et tout le souci va être là : Dans ce que j’ai vu, les personnes dites scientifiques se sont avérées être celles qui avaient le discours le plus problématique et même le plus absurde.
Accuser de vouloir pervertir les esprits, de chercher à embrigader, quand soi-même on cherche à enfermer les autres dans des pseudo vérités, qui devraient n’être considérées que pour ce qu’elles sont ? Pseudo vérités qui n’ont souvent pour source que des dires, des rumeurs, de vastes idées, quelques faits problématique révélés….. Face à des praticiens expérimentés et sérieux. Des gens en clair, qui ne connaissent absolument pas le sujet évoqué. Sinon, ils sauraient justement, combien la partie (malheureusement très minoritaire, j’en conviens) très sérieuse de la communauté ésotérique a à coeur de stopper le développement et l’entretient de toutes formes de dérives sectaires. 

La presse s’avère elle aussi être capable d’articles bien grotesques. J’ai lu des articles de journaux qui m’ont fait faire des bons sur ma chaise. Les dérives de l’ésotérisme, comment peut on croire au féminin sacré et dire aux femmes de s’en préoccuper, comment une telle connerie pourrait être utile dans le développement de leurs entreprises, de leurs activités.
A ces gens j’ai envie de dire : Vous savez ce qu’est le féminin sacré ? L’ésotérisme ? Vous êtes sur d’être vraiment capables de différencier ça du new age ?
En tant que praticienne je vous le dit : Non, vous n’en êtes pas capables. Parce que vous attaquez un sujet, des domaines dont vous ne savez rien. Mais comme vous n’y croyez pas, vous en restez là et les autres sont des abrutis, des gens qui abusent forcément des autres. Quoi de mieux que de les accuser du pire pour rallier tout le monde à sa cause, parce que de telles accusations vont justement mettre en colère les gens sensibles à la manipulation des autres. Oui, ça s’appelle de la manipulation aussi, petite chose qu’on retrouve…. Dans les dérives sectaires, et le dogmatisme. 

La fermeture d’esprit, le dogmatisme, l’égo démesuré, la mauvaise foi, toussa. Oui je pourrais encore en mettre d’autres, ce qui n’est pas vraiment utile, ça se rejoint tellement finalement.

Le féminin sacré, en ce moment, ça fait beaucoup de bien à ma fille de bientôt 15 ans. Elle est très belle, mais elle vit dans une société où tout le monde trouve normal de critiquer le physique des autres, où l’acceptation de l’autre est une chose loin d’être commune. Il est donc très difficile pour elle de s’apprécier, de s’accepter, de s’aimer. Donc, je lui ai acheté un petit cahier sur le féminin sacré, parce qu’en le voyant je me suis dit… Ça, ça va être cool pour elle. Je l’ai feuilleté bien entendu avant et j’ai eu confirmation. C’est cool. 
Un petit cahier “de vacances”, tout chou, aux couleurs douces, aux dessins quelques peu enfantins, rappelant son petit soi en dedans dont on devrait prendre soin. Un cahier qui s’avère plein de bienveillance, qui encourage la féminité, son acceptation, l’amour de soi. Ça l’aide, et même beaucoup.
Je lui ai offert ses deux premiers oracles il y a peu. Tous deux axés sur le développement personnel et la féminité. Et bien sûr, elle a un total accès à la collection de plus d’une centaine d’outils de maman. Je lui fait lire des livres sur la Wicca, aussi. Elle réfléchit, à elle, au monde, elle est apaisée. Je la guide dans son parcours ésotérique et la préserve, justement, farouchement de toutes dérives sectaires. Je lui fait s’intéresser à la science, aux gens ayant un discours qui encourage à la réflexion (elle est devenue du coup une adoratrice, par exemple, d’Alexandre Astier). Elle sait déjà ce qu’est le new age. Non pas parce que je l’ai convaincue, mais parce que je l’ai amené à réfléchir sur la logique de certaines choses véhiculées dans ce domaine.
Mon rôle, en tant que praticienne et surtout en tant que mère, est de veiller à son autonomie intellectuelle, ésotérique, spirituelle. Elle doit apprendre à penser seule, à comprendre son corps, à l’aimer, et à ouvrir son esprit à toutes les théories, croyances, sans s’y enfermer, afin que son esprit soit le plus éclairé possible.

Je trouve incroyable donc, que des gens disant avoir un esprit rationnel et luttant contre toute formes d’enfermement, puisse avoir un souci avec des gens comme moi, alors que je fais justement tout pour me débarrasser de toutes formes de chaines et que j’aide ma jeune ado à se construire par elle-même, juste parce que leur souci va finalement être leur propre enfermement. 

On marche sur la tête, ça ne mène nulle part. 

L’ésotérisme serait une secte. Non, les témoins de jéhovah c’est une secte. Pendant 10 ans, ils ont tout fait pour que je n’ai jamais le temps de lire autre chose que la bible. Le temps des adeptes est organisé, scrupuleusement. Il y a 3 ou 4 réunions par semaine et toutes doivent être préparées. Il y a des devoirs, des questions, des exercices à travailler. Rien d’autre que la Bible, je vous dit. Ce qui a fait que j’ai pu lire Stephen King, c’est que j’étais une élève pitoyable, je ne préparais pas tout. Mais ça a commencé à venir…. J’ai même changé mon apparence physique, renoncé à ma personnalité, pour “être une bonne chrétienne”. Les viols et violences conjugales ne sont pas dénoncées aux forces de l’ordre, mais sont réglés “en famille” et la simple repentance face aux Anciens de la congrégation suffit pour être tranquilles.
En vous passant les détails, je me suis un jour enfuie de chez moi un soir, sans mes affaires, juste ce que j’avais sur le dos et mon portefeuille, qui m’a permis d’aller dormir dans un hôtel dans une ville que je ne connaissais pas. 
Ne venez pas m’expliquer ce qu’est une secte et l’impact que ça a sur le mental. La douleur que le réveil provoque, la prise de conscience qui ne se fait pas en un jour, mais sur de longues années. Non, vous n’avez rien à m’expliquer sur le lavage de cerveau, le fonctionnement d’une secte, et le dogmatisme. 

Je n’ai jamais été aussi libre qu’aujourd’hui. Ce n’est pas parfait, j’ai plein de travail sur moi à faire. Mais je n’ai jamais pu penser autant toute seule qu’aujourd’hui. Je peux faire mes choix. Je vis dans un monde où on ne rejette pas la fille aux cheveux noirs qui écoute Machine Head, qui a des ressentis, des visions, des flashs, qui fait des rêves, qui croit que tellement de choses existent et sont possibles.  Et c’est dans cet ésotérisme si problématique que j’ai pu le faire. 
Bien sûr qu’il y a le new age, les dérives sectaires et des imbéciles qui croient tout savoir et vous parlent comme si vous étiez de sombres incultes. Il y a des dérives comme partout. Est-ce que c’est une raison pour dire “l’ésotérisme c’est encourager les dérives sectaires”. Non, ça ne tient pas debout. Tout comme dire “La science, c’est qu’un milieu d’abrutis fermés”, ça n’a pas plus de sens.

L’oeil, la paille, la poutre….

Aller. Un peu d’ouverture d’esprit, de lâcher prise, d’écoute, et ça devrait passer.

 

2 commentaires

  1. Je n’ai qu’un mot ! Bravo ! Dis en douceur mais fermement. J’aime beaucoup votre article.

    1. Author

      Merci beaucoup ! Je suis contente que cet article vous ai plu. J’ai conscience qu’il est un peu désagréable à lire, alors vraiment merci 🙂

Laisser un commentaire