L’ésotérisme est en immense partie disponible sur la toile, et même dans les livres. Seulement, est-ce qu’il est vraiment bon de tout donner en accès libre ? 

Il ne s’agit pas ici pour moi de faire un procès concernant qui écrit quoi. Ce serait très hypocrite de ma part, puisque je propose moi même des accès.  Il s’agit plutôt pour moi de partager un point de vue sur la question, celle concernant ce que nous donnons, partageons, dans lequel je m’implique.  Je ne vais cependant pas soigner les “praticiens” les plus abjectes, il ne faut pas pousser non plus.

Ce que le libre accès implique.

Le libre accès, c’est tout simplement de tout pouvoir avoir sous la main. Et en ésotérisme, ça implique la possibilité de trouver bon nombres d’ouvrages sur la question, mais aussi des blogs comme le mien, ou d’autres. 

Dans ces ouvrages et/ou ces sites plus ou moins sérieux, il y a aura une quantité d’informations non négligeables concernant les diverses choses qu’il est possible d’apprendre et de mettre en pratique en ésotérisme.

Et c’est précisément là où je veux en venir. Aujourd’hui, tout est accessible à tout le monde

J’entends d’ici les “c’est formidable”, “on a de la chance”, “c’est génial le partage universel”.
Bien que je comprenne tout à fait le ressenti et le partage dans une certaine mesure, c’est pourtant là que je commence à faire ma moche et que je vous dis : Non. Définitivement, non. Si on peut, je le pense, donner des accès, on ne peut pas tout donner.

L'évolution spirituelle, une chose nécessaire pour la compréhension.

Au risque qu’à la lecture de ces mots on veuille me jeter des cailloux, voire même des rochers ou des bûches, je tiens à dire que ce que je vais dire est une réalité, en tout cas à mon sens, mais qu’il n’y a rien de péjoratif, et que ça n’a pas non plus de rapport avec mon égo.

Mais il existe un fait réel : Tout le monde ne peut pas tout comprendre. Tout le monde n’a pas le niveau pour saisir la profondeur de telle ou telle chose. Devant l’évolution spirituelle ou non, nous ne sommes clairement pas tous égaux. C’est une chose très facile à vérifier au quotidien.

Permettez-moi un exemple qui tâche. Je vais aller dans l’extrême et prendre deux personnages que vous connaissez tous. Il n’y a pas la moindre volonté de parler politique ici, et je refuse tout débat de cet ordre dans le cas présent, d’ailleurs, puisque ça n’est pas la question. Je les choisi pour ce qu’ils sont, et surtout parce que vous, vous les connaissez, ce qui fera que mon exemple sera plus parlant. 

Donald Trump et… Le Dalaï Lama. (Je vous avais prévenu, hein, que ça tâchait).

Pensez-vous que Donald Trump à la même évolution spirituelle que le Dalaï Lama ? A titre personnel,  je ne pense pas.
Il est assez évident qu’un personnage comme Trump ne comprend pas bien des choses quand on lui parle. Je ne parle pas ici de culture accessible par le biais de livres et autres (bien que je ne sois pas convaincue qu’il lise non plus). Il est question d’aptitude à une réflexion véritable due à une spiritualité. La compréhension qui engendre l’attitude saine, pour soi et les autres. Au delà même du fait de comprendre, il s’agit d’avoir conscience de l’intérêt général, du bien être de tous qui normalement, devrait le percuter. Il est bloqué au niveau presque zéro, incapable qu’il est de voir les choses en dehors de sa petite personne, de comprendre l’intérêt de ce qui peut exister en dehors de lui.

Lorsqu’on le regarde, on perçoit un homme très égotique, centré sur l’argent, l’esthétique, le pouvoir et la possession matérielle. Tout, dans sa vie, n’est que superficialité, absence de réflexion et d’intérêt profond. C’est le signe d’une évolution assez inexistante, quand on réfléchit bien. Car selon moi, lorsque vous êtes évolué, vous ne pouvez pas être enfermé totalement dans des choses si superficielles, au point de ne même pas voir à quel point vous être finalement réellement dangereux, jusque pour la planète et ses habitants, au niveau mondial.  

A l’inverse, un personnage comme le Dalaï Lama, va comprendre l’intérêt général et appeler à davantage de bienveillance. Il va utiliser son influence pour tenter de rendre le monde plus vivable, encourager à prendre soin, car il a saisi tout ce que ça peut engendrer, pour les autres et lui-même. Tout simplement parce que son évolution spirituelle lui permet cette compréhension et le pousse à agir dans l’intérêt de tous, au lieu de ne se centrer que sur lui.

Le danger de l'ésotérisme en libre accès.

Lorsque nous mettons des connaissances à disposition des autres, nous sommes, de mon point de vue, responsables, en partie, de ce que ça engendre. 
Il est un peu trop facile de tout mettre dans les mains des autres et lorsque la catastrophe arrive dire “ce n’est pas ma faute”. 

Certes, la personne faisant le rituel, ou autre, sera responsable de son acte plus ou moins consciemment, je vous l’accorde très volontiers. Mais nous sommes responsable aussi, dans la mesure où, tout en sachant très bien que tous, de toute évidence, ne devraient pas pratiquer parce qu’ils n’ont pas la maturité nécessaire pour le faire, nous leur avons servi la catastrophe sur un plateau.

“Sans moi il/elle aurait trouvé ailleurs”. Sauf que ce n’est pas parce que les autres font des conneries, qu’il faut gentiment les répéter en se cachant derrière le fait que d’autres en font. Il me parait très important, en fait, de réfléchir à nos contenus, en terme de pratiques expliquées, mais aussi concernant les mises en gardes. Tout comme il me parait évident que des pratiques ne devraient apparaître qu’ à certaines personnes et sous certaines conditions. Pas d’élitisme véritable ici, juste de la logique et la conscience de faits réels.

Laissez-moi donc vous expliquer.

Par exemple, certains auteurs dans le domaine ésotérique, écrivent des ouvrages dont les difficultés de lecture varient en fonction du contenu qu’ils rédigent (je vous laisse les trouver, sinon c’est pas drôle). Un ouvrage parlant de rituelique potentiellement dangereuse sera écrit dans un langage très soutenu, rendant la lecture pour un débutant quasi impossible, et même complexe pour un praticien aguerrit.
D’autre ouvrages en revanche, dépourvus de dangerosité, seront écrits dans un langage plus accessible à tous, permettant l’avancée du lecteur, à son rythme. Le praticien évoluera donc, et il n’aura accès aux pratiques potentiellement problématiques, que lorsqu’il aura assez de connaissances et de maturité pour y avoir accès.

Hors, bon nombres de livres ne sont aujourd’hui pas assez complexes, dans la mesure où ceux ayant une certaine culture, mais aucune maturité spirituelle, ni même une intelligence réelle, arrivent encore à les comprendre. 

Des informations sont donc données, par ce biais finalement,  à des gens qui ne devraient pas les avoir, surtout lorsqu’on voit l’usage qu’ils en font. C’est ce qui donnent les pratiques désordonnées actuelles car tout est dispo pour tous. Ça donne aussi les pseudos praticiens prétendant être sérieux ou pourvus d’une éthique, qui ne sont en réalité là que pour le fric, et qui se fichent bien de vous et de votre avancée ou bien être. Ce qu’une réelle évolution, s’ils l’avaient, empêcherait de faire. Ils sont un peu les Donald Trump de l’éso. L’accès à ces connaissances finalement, qu’ils ne devraient pas avoir, leur permet de paraître et d’abuser ouvertement des autres. 

Les conséquences de l'ésotérisme en libre accès.

Pour reprendre un exemple qui tâche, lorsqu’un pays vend des armes à un autre, il ne peut en aucun cas rejeter le clair impact qu’il a sur la situation, de par son acte de vente, lorsque la guerre éclate et que lesdites armes sont utilisées pour tuer bon nombre de personnes.

De même, si nous donnons un couteau à un enfant de 2 ans et qu’il se crève l’oeil, nous ne pouvons pas dire ne pas être en partie responsable.

Pour les connaissances, le savoir ésotérique, c’est pareil. Lorsque nous savons que quelque chose est dangereux, nous de pouvons pas risquer que n’importe qui puisse y toucher. Il faut donc avoir conscience que nous ne sommes, sans méchanceté aucune de ma part, pas tous égaux.

Combien de livres, de blogs, regorgent de pratiques, de rituels,  qui ne sont pas à mettre en toutes les mains, en expliquant qu’il ne sont responsables de rien en cas de problèmes, ou que ça n’est pas si grave, voire même bénéfique. Qui, également, ne prennent pas la peine de donner les mises en gardes réelles, liées à une pratique véritable et non à la pauvre lecture de vieux livres aujourd’hui si dépassés qu’ils en sont presque grotesques, juste parce que les auteurs veulent finalement faire du contenu, du fric, et ne pensent en aucun cas à l’impact qu’ils ont sur les masses, tout simplement parce qu’ils s’en foutent. 

On se retrouve derrière, quand on se soucie un peu des autres, à devoir tout faire pour essayer de réparer, en donnant les réelles mises en garde, et en expliquant à quel point il faut finalement se méfier de gens paraissant sérieux, uniquement là pour faire du fric ou avoir une pseudo notoriété, qui ne dépassera jamais le domaine de l’éso, autrement dit pour pas grand chose. 

Aujourd’hui, j’avoue être parfois mal d’écrire des articles ayant pour but de parler de certaines pratiques de façon réelle, de donner des mises en garde, juste parce que quelqu’un, aussi bien intentionné fut-il, n’a pas pigé il y a des années lumière que donner les méthodes à tous n’étaient pas à faire. Et que des idiot(e)s opportunistes à l’égo démesuré, aujourd’hui, ne savent pas en parler et mettent tout le monde en danger, par pur intérêt financier ou/et simple bêtise. 

Que peut-on mettre en accès libre en ésotérisme ?

Mon principal souci, dans le cadre du contenu que je peux proposer, est le spiritisme. Je n’aime pas parler de spiritisme, parce que j’estime que ce n’est pas une pratique qui devrait être connue de tous. Je reçois quasiment tous les jours des appels au secours parce qu’une séance n’a pas été faite correctement, par quelqu’un qui a pris ça par dessus la jambe, ne sachant pas comment gérer les diverses situations. Personne me disant pourtant m’avoir lue, avec toutes les mises en garde et explications que je m’acharne à donner depuis mes débuts, il y a pas mal d’années aujourd’hui. 

Donc, en comprenant bien, même en parler en donnant toutes les précautions, dans le but de limiter pas mal les dégâts avec des “warning” partout, ça ne marche finalement pas. 

Ça ne marche pas non pas parce que j’explique mal, mais parce que les gens qui pratiquent n’auraient pas du le faire. Parce qu’ils n’ont pas les connaissances, compris les impacts réels, bref, ils n’ont pas l’évolution nécessaire qui leur permettrait de comprendre qu’on ne joue pas avec ça. Ils sont dans l’inconscience la plus totale, l’ignorance et finalement, faire tout ça, c’est pas si grave. Hors une maturité réelle empêcherait ça, c’est un fait. Et l’autre cause des catastrophes, reste qu’on leur a mis, dès le début et depuis longtemps, la pratique sous le nez, sans se soucier de savoir si c’était à faire. 

Le couteau, le gosse de 2 ans, toussa. Pas de maturité, pas d’accès.

Selon moi, bien des pratiques ésotériques ne devraient pas apparaître en libre accès. Les rituels en tête de liste. Je ne peux pas m’empêcher d’être très dérangée quand je vois des rituels en ligne, tous plus dangereux les uns que les autres, tout en vous expliquant que tout va bien. Tous les auteurs ne sont pas malveillants, mais certains le sont véritablement.

Tout ne peut pas bien aller, ça n’est pas vrai. Dans la mesure où la personne qui pratique va manipuler des énergies, faire potentiellement face à des entités, et donner les clés de telles pratiques à de parfaits novices, sachant qu’ils peuvent s’en servir et se faire du mal ou en faire tranquillement à d’autres… Lui donner les clé à l’aveuglette est à mon sens parfaitement irresponsable. 

C’est pour ça que je suis prudente sur mon contenu, que jamais je ne donnerai un rituel, ni même en ferait pour un tiers. Je pratique. Mais mes pratiques restent très protégées, ne seront jamais divulguées, et sont bien au delà du vulgaire “je veux obtenir des trucs”.
C’est aussi pour ça que je vous conseille de fuir toute pratique rituelique si vous êtes débutants, d’être patients, et de bien avoir conscience que trouver ça en libre accès ne veut pas dire que vous pouvez le faire sans problème. 

Pour finir... On ne vit pas chez les Bisounours.

Il est important de comprendre ma position. Dans cet article, je m’inclue, moi, ma façon de gérer mon contenu. Il ne s’agit en rien de mon égo ou autre chose qu’on pourra m’attribuer parce qu’on ne m’aura pas comprise, ou qu’on aura pas envie de me comprendre. Et je n’ai, d’ailleurs, que faire de ces opinions là. Ce qu’on pense de moi, il y a bien longtemps que je ne m’en soucis plus le moins du monde. 

De façon très sincère, il y a des gens peu évolué en ésotérisme à mes yeux, mais je suis peut être l’inculte d’un autre. Nous sommes tous, comme dit dans d’autres articles, en cheminement permanent. Mes propos n’ont donc rien de péjoratifs.

Je vois les autres comme des personnes qui avancent et qu’il faut guider avec bienveillance, et ça passe par ne pas leurs donner les clés pour se faire du mal. On doit les aider réellement. Comme vous qui lisez, avez certainement été aidé, comme je l’ai été moi-même. Ce n’est pas une course à l’égo, c’est un chemin sur lequel certains sont plus avancés, ce qui ne veut pas dire que ceux qui le sont moins n’avanceront jamais. Pas d’égo là dedans. Penser ça serait bien mal comprendre les choses.

Je parle ici du simple fait que des choses en libre accès en ésotérisme sont très dangereuses. Elles ne devraient pas être sous le nez de tous, parce que tous ne peuvent pas faire face à ce que ça implique. Mais, maintenant que c’est balancé, il faut faire avec. Et arrêter d’alimenter bêtement, où nous continuerons de nous plaindre comme des bébés des retours que nous devons sans cesse essuyer.
C’est un peu comme un feu. Si nous continuons de mettre des bûches, il est inutile d’attendre qu’il s’éteigne tranquillement.

Nous avons des devoirs et des responsabilités. Il faut les prendre, autant que faire se peut.

Nous ne sommes pas égaux en terme d’évolution, d’intelligence (aussi compliqué que ce concept soit), de connaissance, de maturité émotionnelle et autre.

Je suis allergique au discours new-age “amouuuuur, toléraaaaaance, lumièèèèère et bisous partout sauf là”. Il ne faut pas venir me dire ça à moi, vraiment. Ça ne passera jamais, on ne s’entendra jamais. Et je le dis avec toute la bienveillance du monde.
A mon sens, nous vivons dans une réalité où il faut bien comprendre que la justice n’existe pas et la vie nous le montre chaque jours, l’équilibre est sans cesse mis à mal. Équilibre d’une complexité terrible, qu’un humain ne peut pas rétablir aussi bien qu’il se complaît à le prétendre, de par son statut et sa materialité, qui forcément le limite grandement.

Tout partager sous fond de peace and love et de “nous sommes tous frères”, ça n’a strictement rien de réaliste. Ce n’est même pas rendre service que de tout donner, il faut, je pense plutôt, lorsqu’on aime vraiment les autres, les laisser aussi se débrouiller et avancer, en réfléchissant et en pratiquant, afin qu’il puissent avoir un vécu et les compréhensions pleines et entières qui en découlent. 

Je ne suis pas en train d’imposer quelque chose, mais je partage un point de vue, qui encore une fois m’inclue, sur un ensemble de choses qui font le monde tel qu’il est et qui à mon sens pose vraiment problème.

Vous êtes cependant libre de ne pas être d’accord avec moi. 

Laisser un commentaire